Aller au contenu principal

OROKEN Cp



Céfixime.


IDENTIFICATION DU MEDICAMENT

FORMES ET PRÉSENTATIONS

Comprimé pelliculé : Boite de S, sous plaquette thermoformée.

COMPOSITION
Cefixime (DCI) trihydraté exprimé en Cefixime anhydre 200 mg p cp

Excipients : 
- Noyau : amidon prégélatinisé, hydrogénophosphate de calcium,
stéarate de magnésium, cellulose microcristalline.
- Pelliculage : hypromellose*. macrogol 6000*, dloxyde de titane*.ou sous forme d'Opadry
OY-S-38906 blanc.

CLASSE PHAMACOTHERAPEUTIQUE
Cefixime est un antibiotique de la famille des bêtalactamines, du groupe des céphalosporines dites de 3e génération.

INDICATIONS

Elles sont réservées à l'adulte et sont limitées aux infections dues aux germes définis comme sensibles, lorsque ces infections permettent une antibiothérapie orale et notamment : surinfections bactériennes des bronchites aiguës et exacerbations des bronchites chroniques Pneumopathie d'allure bactérienne sinusites et otites aigués pyélonéphrites aiguës sans uropathie infections urinaires basses compliquées ou non à l'exception des prostatites ; urétrite gonococcique masculine. Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

• Adulte et enfant de plus de 12 ans : La posologie est de 400 mg/jour, en deux administrations, à 12 heures d'intervalle, d'un comprimé dosé à 200 mg. Dans les urétrites gonococcique's, l'efficacité est obtenue avec une prise unique de deux comprimés à 200 mg.

 Insuffisant rénal : Lorsque les valeurs de la clairance de la Creatinine sont supérieures à 20 ml/min, il n'est pas utile de modifier la posologie. Pour des valeurs inférieures, y compris chez les patients hémcdialysés, la posologie de Cefixime ne devra pas dépasser 200 mg/jour, en une administration.

 Insuffisant hépatique et sujet âgé dont la fonction rénale est normale : Il n'est pas nécessaire de modifier la posologie.

CONTRE-INDICATIONS

Allergie connue aux antibiotiques du groupe des céphalosporines.

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

MISES EN GARDE

• La survenue de toute manifestation allergique impose l'arrêt du traitement. La prescription de céphalosporines nécessite un interrogatoire préalable.
• L'allergie aux pénicillines étant croisée avec celle aux céphalosporines dans 5 à 10 % des cas : l'utilisation des céphalosporines doit être extrêmement prudente chez les patients pénicillinosensibles ; une surveillance médicale stricte est nécessaire dès la première administration ; l'emploi des céphalosporines est à proscrire formellement chez les sujets ayant des antécédents d'allergie de type immédiat aux céphalosporines.
• En cas de doute, la présence du médecin auprès du patient est indispensable à la première administration,afin de traiter l'accident anaphylactique possible ; les réactions d'hypersensibilité (anaphylaxie) observées avec ces deux types de substances peuvent être graves et parfois fatales.
• La survenue d'un épisode diarrhéique peut être symptomatlque, de façon exceptionnelle, d'une coûte Pseudo-membraneuse, dont le diagnostic repose sur la coloscopîe. Cet accident, rare avec les céphalosporines, impose l'arrêt immédiat du traitement et la mise en route d'une antibiothérapie spécifique appropriée (vancomycine). Dans ce cas, l'administration de produits favorisant ia stase fécale doit absolument être évitée.

PRÉCAUTIONS D'EMPLOI
• Chez les patients allergiques à d'autres bêtalactamines, il faut tenir compte de la possibilité d'allergie croisée.
• En cas d'insuffisance rénale sévère, il peut être nécessaire d'adapter la dose quotidienne en fonction de la clairance de la Creatinine (et Posologie/Mode d'administration, Pharmacocinétique).

INTERACTIONS

 Interactions médicamenteuses : Aucune interaction cliniquement significative n'a été rapportée au cours des essais cliniques.
En pharmacocinétique, il a été montré que l'association de 1 g de probénéclde au Cefixime entraînait une diminution de 25 % de la clairance totale du produit. Chez l'homme, l'association d'un antiacide ne diminue pas l'absorption du Cefixime.
 Examens paracliniques :
Réactions faussement positives iors de ia recherche de cétones dans les urines (par méthode au nitroprussiate).
Réactions faussement positives lors de la recherche d'une glycosurie (employer de préférence les méthodes de dosage utilisant la glucose-oxydase). Une fausse positivation du test de Coombs a été décrite au cours de traitement par les céphalosporines.
• Problèmes particuliers du déséquilibre de l'INR :
De nombreux cas d'augmentation de l'activité des anticoagulants oraux ont été rapportés chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux ou inflammatoire marqué, l'âge et l'état général du patient apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il apparaît difficile de faire la part entre la pathologie infectieuse et son traitement dans la survenue du déséquilibre de l'INR.

Cependant, certaines classes d'antibiotiques sont davantage impliquées : il s'agit notamment des fluoroquinoiones, des macrolides, des cyclines, du Cotrimoxazol et de certaines céphalosporines.

GROSSESSE et ALLAITEMENT

GROSSESSE
L'Innocuité du Cefixime chez la femme enceinte n'a pas été établie ; cependant les études effectuées sur plusieurs espèces animales n'ont permis de mettre en évidence aucun effet tératogène ou foetotoxique,

ALLAITEMENT
Le passage du Cefixime dans le lait maternel n'a pas été étudié.

EFFETS INDÉSIRABLES

Il s'agit essentiellement de troubles digestifs : diarrhées, nausées, vomissements, dyspepsie, douleurs abdominales, comme avec d'autres bêtalactamines, de très rares cas de colites pseudomembraneuses ont été rapportés.
Ont également été rapportés quelques rares cas de : céphalées, vertiges, manifestations hépatobiliaires : élévation modérée et transitoire des transarnina-ses ASAT et ALAT et des phosphatases alcalines, manifestations rénales : faible augmentation de l'urée sanguine et de ia créatininémie, manifestations hématologiques : thrombocytose, thrombocytopénie, leucopénie et hyperéosinophilie.
Ce type de troubles est exceptionnel, réversible et le plus souvent de faible intensité, manifestations allergiques : éruption cutanée transitoire, fièvre, prurit.

SURDOSAGE

Aucun cas de surdosage n'a été rapporté à ce jour.
En cas d'ingestion de quantités importantes de Cefixime, un traitement symptomatique sera initié, pouvant comporter un lavage gastrique.
Il n'existe pas d'antidote spécifique.
L'hémotilaiyse ou la dialyse peritoneale ne permet pas d'éliminer le Cefixime du plasma.

PHARMACODYNAMIE

Comme les autres céphalosporines, le mécanisme d'action du Cefixime repose sur l'inhibition de la synthèse de la paroi bactérienne.
Le Cefixime présente une activité bactéricide in vitro vis-à-vis de nombreux germes à Gram + ou à Gram -, Spectre d'activité antibactérienne ;
Les concentrations critiques séparent les souches sensibles des souches de sensibilité intermédiaire et ces dernières, des résistantes : S ≤ 1 mg/l et R > 2 mg/l. La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est donc utile de disposer d'informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d'infections sévères. Ces données ne peuvent apporter qu'une orientation sur ies probabilités de la sensibilité d'une souche bactérienne à cet antibiotique. 
• Espèces sensibles :
- Aérobies à Gram + : Streptococcus, Streptococcus pneumoniae.
- Aérobies à Gram - : Branhamella catarrhalis, Citrobacter koseri, Escherichia coli, Haemophilus influenzae, Klebsiella, Neisseria gonorrhoeae, pasteurelta, Proteus mirabilis, Proteus vulgaris, providencia.
- Anaérobies : fusobacterrum (10-20 %), Prevotella (30-70 %).
 Espèces résistantes :
- Aérobies à Gram + : Corynebacterium dlphtheriae, entérocoques, listeria, staphylococcus.
- Aérobies à Gram - : acinetobacter, Citrobacter freundii, Pseudomonas, Serratia.
- Anaérobies : sauf Prevotella et fusobacterium.

PHARMACOCINETIQUE

Les études pharmacocinétiques ont démontré la bioéqulvatence des formes comprimé et granulés.
Chez l'adulte : Administré par vole orale, en prise unique de 200 mg, les concentrations sériques maximales (Cmax) sont, en moyenne, de 3 µg/ml et sont atteintes (Tmax) en 3 à 4 heures environ.
Après administration d'une dose de 400 mg, les concentrations sériques maximales sont plus élevées (3,4-5 µg/ml) mais de façon non proportionnelle à l'augmentation des doses. Après administrations répétées pendant 15 jours de doses de 400 mg/jour en une ou K deux administrations, les concentrations sériques et la biodisponibilité ne sont pas modifiées, traduisant ainsi l'absence d'accumulation du principe actif.
La biodisponibilité du Cefixime est d'environ 50 % à la dose de 200 mg. Elle n'est pas modifiée par la prise de repas. Le temps d'apparition des concentrations sériques maximales est toutefois retardé d'environ une heure.
Le volume apparent de distribution est de l'ordre de 15 litres.
Chez l'animal, le Cefixime diffuse dans la grande majorité des tissus étudiés, à l'exception du cerveau.
Chez l'homme, après des prises de 200 mg à 12 heures d'intervalle, les concentrations pulmonaires, 4 et 8 heures après la dernière prise, sont de l'ordre de 1 µg/g de tissu, ces concentrations étantsupérieures aux CMI 90 % des germes sensibles responsables des infections pulmonaires.
L'élimination du Cefixime se caractérise par une demi-vie (T½) comprise entre 3 et 4 heures (moyenne : 3,3 heures).
Le produit est éliminé par voie rénale sous forme inchangée (16 à 20 % de la dose ingérée), l'élimination extrarénale est essentiellement biliaire (25 %),
Aucun métabolite, sérique ou urinaire, n'a pu être mis en évidence chez l'animal comme à chez l'homme.
Les caractéristiques pharmacocinétiques du Cefixime sont très légèrement modifiées chez le sujet âgé.
La faible augmentation des concentrations sériques maximales, de la biodisponibllité et ia faible diminution de la quantité excrétée (15 à 25 %) n'imposent aucune réduction de posologie dans cette population.
En cas d'insuffisance rénale sévère (clairance de la Creatinine < 20 ml/min), l'augmentation de la demi-vie d'élimination plasmatique et des concentrations sériques maximaies rend nécessaire une réduction de la posologie quotidienne de 400 à 200 mg/j.
Chez l'insuffisant hépatique, l'élimination est ralentie (T½ = 5,4 heures), mais il n'est pas nécessaire de modifier la posologie.
La fixation aux protéines sériques est de l'ordre de 70 % et se fait principalement sur l'albumine, indépendamment de ia concentration (aux doses thérapeutiques).

Voir aussi:

The subscriber's email address.