Recherche par lettre:

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

LIPICARD

    DAR ESSAYDALI
    LIPICARD

    Simvastatine.

    IDENTIFICATION DU MEDICAMENT

    FORMES ET PRÉSENTATIONS

    Comprimé pelliculé ovale, de couleur saumon présentant une gravure DAR sur une face et un trait de sécabilite sur l'autre face.
    Boite de 28.

    COMPOSITION
    Principe actif:
    Simvastatine. Par comprimé; 20 mg. Boite de (28): 560 mg.

    Excipients : lactose monohydraté, cellulose microcristalline, amidon de mais prégôlatinisê, butyihydroxyanisole, acide ascorbique, acide
    citrique anhydre, silice colloïdale anhydre, talc, stéarate de magnésium.

    Pelliculage : Opadray, Hypromeliose, Talc, Povidone, Triéthylcitrate.

    INDICATIONS

     Indications cliniques basées sur des études cliniques d'intervention:

    - Prévention des complications cardiovasculares chez les patients ayant des antécédents de maladie coronaire avérée, d'accident vasculaire cérébral,
    d'artériopathie périphérique avec ou sans hyperlipidémie associée.

    - Prévention des complications cardiovasculares chez les patients diabétiques sans antécédents coronariens ni cérébrovasculaires ayant
    un haut risque cardiovasculaire avec au moins un des facteurs de risque suivants (hypertension, âge ≥ 65 ans, créatinine élevée, tabagisme présent ou passé), avec ou sans hyperlipidémie associée.

    Dans les études cliniques 4S et HPS, le traitement par simvastatine a permis de réduire significativement la mortalité totale, le risque d'événements coronaires graves et les accidents vasculaires cérébraux ischémiques.
    • Indications biologiques:
    - Hypercholestérolémies pures (type II a) ou mixtes (type II b et III) en complément d'un régime adapté et assidu.
    Pour ces indications, la poursuite du régime est toujours indispensable.

    Remarque: Hypertriglycéridémie isolée (types I, IV et V): la simvastatine n'est pas indiquée.

    POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

    POSOLOGIE

    Des ajustements de posologie, si nécessaire, seront effectués à des intervalles d'au moins 4 semaines.

    • Prévention des complications cardiovasculares: La dose recommandée de Lipicard est de 20 à 40 mg, administrée en une prise le soir (cf. indications).
    • Hypercholestérolémie: Le patient sera mis sous régime hypocholestérolémiant standard avant de recevoir Lipicard et devra continuer ce régime pendant le traitement. La dose habituelle est de 20 mg/jour administrée en une prise le soir. Les
    patients ayant une hypercholestérolémie légère à modérée (cholestérol total ≥ 2,5 g/l - 6,5 mmol/l et < 3 g/l - 7,8 mmol/l après régime) peuvent être traités avec une dose initiale de 10 mg par jour.
    Chez les patients qui nécessitent une réduction importante des C-LDL (plus de 45 %), le traitement peut être initié à 40 mg par jour, administrés en une prise le soir. Des ajustements de posologie, si nécessaire, seront effectués comme indiqué plus haut. La posologie journalière maximale est habituellement de 40 mg. Chez les patients présentant une hypercholestérolémie sévère non corrigée par 40mg et un risque cardiovasculaire élevé (ce qui inclut les hypercholestérolémies familiales homozygotes), la posologie pourra exceptionnellement être augmentée à 80 mg par jour.

    • Traitements associés: Chez les patients recevant un traitement immunosuppresseur concomitant, la posologie maximale recommandée est de 10 mg/jour (cf Mises en garde/Précautions d'emploi). La simvastatine est efficace seule ou en association avec les chélateurs des acides biliaires.

    • Insuffisant rénal: L'élimination par voie rénale de la simvastatine étant minime, aucun ajustement de la dose n'est à prévoir
    chez les malades atteints d'insuffisance rénale modérée. Chez les patients ayant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/min), le traitement sera initié prudemment, s'il s'avère nécessaire. Des posologies supérieures à 10 mg/jour doivent être envisagées avec précaution.

    MODE D'ADMINISTRATION

    Lipicard est administré en une prise, de préférence le soir, indifféremment avant, pendant ou après le repas.

    CONTRE-INDICATIONS

     Absolues:

    - Hypersensibilité à l'un des constituants du médicament.

    - Affection hépatique évolutive, élévation prolongée des transaminases sériques (cf Mises en garde/Précautions d'emploi: Surveillance des tests hépatiques).

    - Itraconazole, kétoconazole, antiprotéases et delavirdine.

    - Femme qui allaite.
    • Relatives:
    - Fibrates
    - Jus de pamplemousse.

    MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

    • Surveillance des tests hépatiques: Comme pour d'autres médicaments hypolipidémiants, des élévations modérées (inférieures à 3 fois ¡a limite supérieure des valeurs normales) des transaminases sériques ont été signalées lors d'un traitement par la simvastatine. Ces élévations, survenues peu de temps après l'instauration du traitement, ont été souvent transitoires et ne se sont accompagnées d'aucune symptomatologie clinique. L'interruption du traitement n'a pas été nécessaire. Une élévation des transaminases supérieure à 3 fois la normale doit conduire à l'arrêt du traitement. II est recommandé de pratiquer des tests fonctionnels hépatiques avant le début du traitement, puis périodiquement ensuite.

    • Un dosage des transaminases devra être pratiqué au 3e mois du traitement chez les patients recevant une dose augmentée à 80 mg. Une attention particulière sera portée aux patients dont les transaminases augmentent; chez ces patients, les dosages devront être répétés rapidement puis effectués plus fréquemment par la suite. Une élévation des transaminases, en particulier au-delà de 3 fois la limite supérieure de la normale et si cette élévation persiste, doit conduire à l'arrêt du traitement. La simvastatine doit être utilisée avec précaution chez les patients consommant d'importantes quantités d'alcool et/ou présentant un antécédent de maladie hépatique.

    • Effets musculaires: Des élévations légères et transitoires des taux plasmatiques de créatine phosphokinase (CPK) d'origine musculaire sont communément observées chez les patients recevant de la simvastatine, mais elles n'ont pas habituellement de retentissement clinique. Le traitement par les inhibiteurs de l'HMG Co-A reductase s'associe rarement à la survenue d'atteintes musculaires. Devant des signes cliniques évocateurs (douleur musculaire inexpliquée, sensibilité douloureuse ou faiblesse musculaire), un dosage de la CPK d'origine musculaire sera pratiqué.

    • Une atteinte musculaire doit être évoquée chez tout patient présentant des myalgies diffuses, une sensibilité musculaire douloureuse et/ou une élévation importante de la CPK d'origine musculaire (taux supérieurs à S fois la normale), dans ces conditions, le traitement doit être arrêté. Le risque et la sévérité de l'atteinte musculaire avec les inhibiteurs de l'HMG Co-A reductase sont augmentés par l'association à des médicaments qui peuvent entraîner des atteintes musculaires lorsqu'ils sont administrés seuls, tels que les fibrates.

    • Des rhabdomyolyses sévères avec insuffisance rénale aiguë secondaire à la myoglobinurie ont été rapportées. Le traitement par inhibiteur de l'HMG Co-A reductase devra être interrompu ou arrêté en cas de survenue d'un facteur prédisposant à l'apparition d'une insuffisance rénale, secondaire à une rhabdomyolyse (infection aiguë sévère, hypotension, intervention chirurgicale majeure, traumatisme majeur, perturbations métaboliques, endocriniennes ou électrolytiques sévères, épilepsie non contrôlée).
    • La simvastatine est métabolisée par l'isoforme 3A4 du cytochrome P450. Le risque d'atteinte musculaire semble être augmenté lors de l'administration de simvastatine avec d'autres médicaments qui ont un effet inhibiteur puissant du CYP 3A4 aux doses thérapeutiques, car les taux plasmatiques de simvastatine peuvent être augmentés de façon importante dans cette situation. Le risque d'effets indésirables, en particulier hépatiques et musculaires, augmentant avec la dose, une évaluation précise du rapport efficacité/sécurité sera effectuée avant d'avoir recours à de fortes posologies, notamment 80 mg.
    • Utilisation chez l'enfant: (a sécurité d'emploi et l'efficacité chez l'enfant n'ayant pas été établies, la simvastatine n'est pas recommandée chez l'enfant. De plus, il n'existe pas d'expérience disponible à ce jour chez des enfants souffrant d'hypercholestérolémie familiale homozygote.

    • En raison de la présence de lactose, ce médicament est contre-indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et de galactose, ou de déficit en lactase.

    GROSSESSE et ALLAITEMENT

    GROSSESSE
    Les études chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet tératogène. En l'absence d'effet tératogène chez l'animal, un effet malformatif dans l'espèce humaine n'est pas attendu. En effet, à ce jour, les substances responsables de malformations dans l'espèce humaine <e sont révélées tératogénies chez l'animal au cours d'études bien conduites sur deux espèces.
    II n'existe pas actuellement de données pertinentes ou en nombre suffisant pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique de la simvastatine lorsqu'elle est administrée pendant la grossesse. II n'y a pas d'indication à la prescription d'inhibiteurs de I'HMG CoA-reductase au cours de la grossesse. Le traitement doit être arrêté lors de la découverte c'une grossesse survenue en cours de traitement.

    L'athérosclérose est un processus chronique, l'arrêt de I hypocholestérolémiant durant la grossesse a peu d'impact sur !e risque â long terme associé à l'hypercholestérolémie primaire.


    ALLAITEMENT
    En raison de l'absence de données sur le passage de la simvastatine dans le lait maternel, le traitement par Lipicard est contre indiqué pendant l'allaitement.

    EFFETS INDÉSIRABLES


    - Les effets indésirables cliniques sont rares et pour la plupart, bénins et transitoires: douleurs abdominales, flatulence, nausée, vomissements, dyspepsie, diarrhée ou constipation, asthénie et céphalées.

    - Dans l'étude HPS, les taux d'arrêts de traitement dus a des effets secondaires ont été comparables chez les patients traités par la simvastatine (4,8 %} et chez ceux traités par le placebo (5,1 %).

    - L'incidence des myopathies a été < 0,1 % chez les patients traités par la simvastatine.
    - Des transaminases élevées (> 3 fois la valeur supérieure de la normale confirmée par une seconde analyse) sont survenues chez 0,21 % (n = 21) des patients traités par simvastatine comparé à 0,09 % (n = 9) des patients traités par placebo.

    - Plus rarement, des atteintes musculaires (à type de crampes, myalgies) ont été rapportées, parfois associées à une rhabdomyolyse (cf Mises en garde/Précautions d'emploi). Des cas isolés ou exceptionnels de dermatomyosite ont été rapportés avec la simvastatine.

    - Des cas de tendïnopathies, parfois compliqués de rupture, ont été très rarement rapportés.

    - Ont également été observés: prurit, bouffées vasomotrices, réactions cutanées, photosensibilisation; hépatite, ictère, pancréatite; manifestation d'hypersensibilité: angio-oedème, ascularite, thrombopénie, hyperéosinophiiie, arthralgie, urticaire; paresthésie, neuropathie périphérique; alopécie.
    - Les effets indésirables biologiques les plus fréquents sont: l'élévation de l'ASAT et/ou de l'ALAT; une surveillance régulière des tests fonctionnels hépatiques est nécessaire (cf. Mises en garde/Précautions d'emploi); des élévations Isolées des gamma GT et des phosphatases alcalines ont aussi été rapportées; l'élévation de la CPK musculaire (cf. Mises en garde/Précautions d'emploi).

    SURDOSAGE


    Quelques cas de surdosage ont été rapportés.
    La dose maximale rapportée a été de 450 mg; aucun patient n'a présenté de symptômes spécifiques et tous les patients ont guéri sans séquelles. Oes mesures thérapeutiques générales seront prises en cas de
    surdosage.



    Voir aussi:

    , after login or registration your account will be connected.
    Loading