Recherche par lettre:

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Vers la fin des bactéries résistantes ?

    Vers la fin des bactéries résistantes ?

    Il serait possible de lutter efficacement contre les bactéries résistantes aux antibiotiques en empêchant la construction de la membrane imperméable qui les entoure. C’est ce que suggèrent les résultats d’une étude britannique parue dans la dernière édition de la revue Nature.
    Depuis plusieurs décennies, notre pays est champion du monde de la consommation de médicaments et notamment, d’antibiotiques. Cette surconsommation a un prix : elle augmente les cas de bactéries résistantes, rendant les traitements antibiotiques inefficaces. C’est d’autant plus dommageable que, d’après une étude parue en 2012 dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut de veille sanitaire (InVS), en France, les antibiotiques ne seraient utilisés à bon escient qu’une fois sur 4… Face à l’explosion des cas de résistances bactériennes, certains tirent la sonnette d’alarme pour limiter l’utilisation des antibiotiques, alors que d’autres travaillent sur des stratégies thérapeutiques permettant de lutter contre ces bactéries difficiles à détruire.
    C’est dans ce contexte que s’inscrivent les travaux de Haohao Dong et de ses collaborateurs de l’université d’East Anglia (Royaume-Uni). Ces derniers auraient découvert une faiblesse au niveau de la membrane externe des bactéries Gram-négatives, rendant celle-ci vulnérables aux traitements.
    Pour cela, les chercheurs britanniques ont étudié tout particulièrement les mécanismes impliqués dans la fabrication de cette fameuse barrière protectrice et défensive, qui empêche toute action des cellules immunitaires et des médicaments. Leurs premières observations ont permis de constater que les bactéries synthétisent des lipo-polysaccharides qui sont acheminés par un chemin spécifique à l’extérieur de la cellule afin de former une membrane imperméable.
    Forte de ce constat, l’équipe de Haohao Dong a montré qu’en bloquant ce chemin, les bactéries étaient incapables de survivre. Ainsi, il serait possible de mettre au point de nouvelles stratégies thérapeutiques efficaces contre ces super- bactéries et ainsi, mettre un terme aux résistances. Alors que les médicaments actuels ont besoin de pénétrer dans la cellule pour la détruire, les nouveaux traitements s’attaqueront à la membrane extérieure des bactéries, ce qui devrait limiter le pouvoir d'adaptation de ces dernières… C’est en tout cas le pari des chercheurs britanniques…
    Source



    Voir aussi:

    , after login or registration your account will be connected.
    Loading